Appui au développement du secteur privé au Moyen-Orient et en Afrique subsaharienne : Ifc décaisse 5,6 milliards de dollars pour l’exercice 2020

23/07/2020

La Société financière internationale (Ifc), institution membre du groupe de la Banque mondiale (Bm), a engagé lors de l’exercice 2020 5,6 milliards de dollars en faveur du développement du secteur privé au Moyen-Orient et en Afrique subsaharienne. L’appui d’Ifc au Moyen-Orient et en Afrique a également pris la forme de services-conseil, dont le montant s’est chiffré à plus de 590 millions de dollars répartis sur quelque 376 projets destinés à améliorer l’environnement des affaires et les politiques d’investissement.

5,6 milliards de dollars. C’est le montant que l’Ifc, institution membre du groupe de la Banque mondiale (Bm), a engagé pour l’exercice 2020 en faveur du développement du secteur privé au Moyen-Orient et en Afrique subsaharienne, avec comme objectif de soutenir la création et la croissance des entreprises ainsi que l’emploi face aux conséquences de la pandémie de Covid-19. L’institution indique à travers un communiqué de presse qu’elle a, en outre, mobilisé près de 2 milliards de crédits commerciaux à court terme afin de soutenir les petites et moyennes entreprises (Pme).

Dans le détail, rapporte le communiqué, entre le 1er juillet 2019 et le 30 juin 2020, Ifc a investi 4,6 milliards de dollars en faveur d’entreprises privées en Afrique subsaharienne. Soit un montant supérieur aux engagements atteints au cours de l’exercice 2019, qui étaient ressortis à 4,1 milliards de dollars, et ce malgré les difficultés opérationnelles causées par la pandémie. A l’en croire, ces investissements ont porté sur les secteurs de la santé, de l’agro-industrie, de l’énergie solaire, du financement du logement et des infrastructures, ainsi que sur le financement des Pme. Ils ont notamment concerné des pays en situation de fragilité et de conflit, dans lesquels Ifc a engagé plus de 1,2 milliard de dollars.

« Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, où la pandémie a provoqué une baisse de la production pétrolière, des recettes touristiques et des transferts d’argents, Ifc a investi plus de 1 milliard de dollars, notamment pour soutenir la construction d’hôpitaux et de cliniques en Iraq, en Jordanie, en Égypte et au Maroc », relate le document.

Qui souligne par ailleurs qu’en plus de ces investissements, l’appui de Ifc au Moyen-Orient et en Afrique a pris la forme de services-conseil, dont le montant s’est chiffré à plus de 590 millions de dollars répartis sur quelque 376 projets destinés à améliorer l’environnement des affaires et les politiques d’investissement, tout en mettant en avant et en créant de nouveaux marchés dans des secteurs prioritaires. « Sur l’ensemble de ces projets, 45 % se sont évertués à améliorer l’égalité entre les femmes et les hommes », martèle l’institution.

« Les pays du Moyen-Orient et d’Afrique réalisaient des progrès importants avant que la pandémie de Covid-19 n’éclate, et Ifc s’employait à soutenir ces avancées en contribuant à libérer l’investissement privé et à créer des marchés et des opportunités, » souligne Sérgio Pimenta.

Le vice-président d’Ifc pour le Moyen-Orient et l’Afrique de confier : « À la suite de la crise économique engendrée par la pandémie, nous nous sommes mobilisés pour entretenir cet élan et aider nos clients à préserver leur activité et sauvegarder des emplois qui sont indispensables à la croissance économique et aux moyens de subsistance. Nous saluons la ténacité et la résilience des petites, moyennes et grandes entreprises qui sont les piliers des économies d’Afrique et du Moyen-Orient et nous continuerons à les soutenir lors la prochaine phase de la crise et jusqu’à la reprise ».
 Bassirou MBAYE


E-mail: lejecom@lejecom.com