Relance économique post-covid-19 en Afrique : La Cea veut les femmes au cœur des initiatives

07/09/2020

À moins qu’une perspective genre ne soit adoptée dans les initiatives de relance post-Covid-19, la pandémie de santé mondiale en cours amplifiera les disparités existantes entre les sexes, conduisant à de pires résultats pour les femmes en termes de moyens de subsistance et de bien-être. Telle est la conviction de Mme Thokozile Ruzvidzo, Directrice de la Division du genre, de la pauvreté et de la politique sociale, à la Commission économique pour l’Afrique (Cea). Elle a fait déclaration jeudi dernier, dans ses remarques lors d’une campagne en ligne « Le genre est mon agenda (GIMAC) » sur les effets de la pandémie de coronavirus sur les hommes et les femmes, informe un communiqué de la Cea.

Pour Mme Ruzvidzo, les initiatives de politique de relance face à la Covid-19 doivent adopter une perspective genre afin de réduire les vulnérabilités croissantes des femmes, en particulier dans le commerce transfrontalier. En ce sens, elle indique que « les femmes dans les pays africains sont en général concentrées dans l’entrepreneuriat de nécessité dans le secteur des services, des activités commerciales et du commerce transfrontalier dans l’économie informelle ». Aussi, dit-elle, on s’attend à ce que les répercussions dues aux fermetures de frontières et restrictions du marché pour faire face à la Covid-19 soient importantes ».

« La prédominance des femmes dans le commerce transfrontalier informel est souvent attribuée aux contraintes de temps et de mobilité de celles-ci, ainsi qu’à leur accès limité aux ressources productives et aux systèmes de soutien, faisant de ces activités l’une des rares options dont elles disposent pour gagner leur vie », affirme Mme Ruzvidzo.

Mme Ruzvidzo déclare par ailleurs que les mesures nécessaires pour garantir que les femmes et les hommes jouissent du même traitement dans la mise en œuvre de la ZLECA comprennent entre autre le fait de promouvoir l’accès au financement / au fonds de roulement, faciliter les liens commerciaux et l’information sur le marché, des possibilités de mentorat, d’établir un réseau d’acheteur et commercial,  soutien ciblé aux stratégies visant à connecter et à permettre aux entreprises dirigées par des femmes d’être compétitives dans les chaînes de valeur régionales,  aider à inclure la formation aux compétences numériques à mesure que davantage d’activités de la chaîne de valeur régionale passent au numérique.
Bassirou MBAYE
 
 


E-mail: lejecom@lejecom.com